El espanto y el miedo. Golpismo, emociones políticas y constitucionalismo en la Edad Media

Cubierta3-8François Foronda, El espanto y el miedo. Golpismo, emociones políticas y constitucionalismo en la Edad Media, Madrid, Dykinson, 2013. ISBN : 978-84-9031-491-3

Los hombres de la Edad Media tenían clara la distinción entre el temor y el miedo. Mientras que el primero es producto del amor, del amor verdadero, que es el amor de Dios, el segundo procede del espanto. A finales de la Edad Media no es raro encontrar menciones del temor para caracterizar lo que el súbdito está obligado a sentir por su rey, pero, hasta el siglo XIV, esta emoción venía aplicándose casi de manera exclusiva a la relación entre la criatura y su creador. A partir de entonces, las resistencias a la absolutización del poder regio, que provocaba cierta equiparación entre las figuras completamente opuestas del rey y del tirano, encontraron en la expresión del miedo un potente argumento de legitimación, puesto que, en derecho, el miedo era admitido como causa de inhabilitación. El espanto y el miedo señalan, por tanto, una lógica político-emocional que pudo desempeñar cierto protagonismo en la producción social del poder de estado. El objeto de este libro es, precisamente, indagar en este protagonismo. Los tres estudios seleccionados proponen un desarrollo que parte de la práctica del secuestro regio, iniciada en Castilla a mediados del siglo XIV, y llega hasta los intentos de dar una forma orgánica a la República protagonizados en Cataluña, Castilla y Francia en los años 1460. Cabe preguntarse, pues, si es posible hallar en esa lógica política-emocional del espanto y del miedo, unida a la consiguiente búsqueda de garantía, el fundamento antropológico del contractualismo político y del salto ulterior que se observa hacia el constitucionalismo.

 

Recensions

Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2014/1, 69, pp. 204-205 (Corinne Péneau)

Espacio, Tiempo y Forma, Serie III, Historia Medieval, 27, 2014, pp. 549-552 (Remedios Morán Martín)

Anuario de Estudios Medievales, 44/1, 2014, pp. 555-558 (Máximo Diago)

Studia Historica. Historia medieval, 32, 2014, pp. 273-305 (José María Monsalvo)

 

Première année du séminaire de Madrid (2005-2006)

Programme du Séminaire 2005-2006

[Avant propos du volume des actes du séminaire de Madrid 2005-2006]

En pleine guerre civile, le 28 juin 1467, à Ségovie, dans le chœur de l’église San Miguel, le Conseil de la ville se réunit, cloches sonnantes comme à l’accoutumée. De ce Conseil sont présents : pour les chevaliers et écuyers de la ville, Pedro de Torres, Rodrigo de Peñalasa, Juan Ramires de Montoria, Alfonso González de la Hoz, Juan de Samaniego, Pedro de la Plata et Rodrigo del Río ; et pour ses bons hommes, Gómez González de la Hoz et Rodrigo de Tordesillas. Le représentant du roi, Diego de Aguilar, est là lui aussi, ainsi que Pedro García de la Torre, le notaire chargé de dresser le procès-verbal de leur réunion. Son objet ? Procéder à la lecture de la lettre que le roi leur adresse, portée par le bachelier García López del Castillo, du Conseil royal.

Le roi les y informe qu’il a juré à Dieu et à la Vierge, sur la croix et les évangiles, et prêté hommage entre les mains du chevalier don Iñigo de Mendoza, de ne pas traiter avec l’Infant Alphonse, son frère, ni aucun de ses partisans, sans le conseil, l’accord et le consentement de don Pedro González de Mendoza, évêque de Calahorra, sous peine sinon d’être tenu pour traître. Et pour que son engagement soit plus sûr encore, il ordonne au Conseil de la ville, à son représentant, aux juges et autres officiers de celle-ci, ainsi qu’à ses chevaliers, écuyers et bons hommes de s’en porter les garants. En conséquence, ceux-ci doivent s’engager à aider le roi à tenir sa parole, sinon à lui fermer les portes de la ville et de l’alcázar, à faire fi de ses mandements car ils seront dès lors libérés de toute loyauté, fidélité et sujétion envers lui, et à prêter assistance, sur les revenus qu’il perçoit de la ville et de son finage, à l’évêque de Calahorra. Une fois la lecture terminée, le bachelier García López del Castillo exige que l’ordre du roi soit exécuté. Ce à quoi consentent finalement les personnes désignées, non sans avoir fait savoir avant de jurer à Dieu et à la Vierge, sur la croix et les évangiles, et prêté hommage selon la coutume d’Espagne en ce sens, et après quelques considérations sur la situation du royaume, que l’exigence royale leur paraît bien forte et grave1.

Quelques jours plus tard, le 6 août, le roi jure à Dieu et à la Vierge, sur la croix et les évangiles et prête hommage, promettant à Diego Hurtado de Mendoza, marquis de Santillana, à son frère, le déjà mentionné évêque de Calahorra, ainsi qu’à Pedro de Velasco de ne pas traiter avec l’Infant Alphonse, ni aucun de ses partisans, pendant une période de treize mois, sans leur accord et express consentement. La garantie est cette fois la fille du roi, la princesse Juana, dont ils pourront disposer à leur guise si le roi manque à sa parole. En retour, les mêmes s’engagent à ne pas traiter eux non plus avec le parti alphonsin2. Ces deux exemples ne représentent qu’une infime partie des traces conservées pour le XVe siècle de la pratique en Castille

Du contrat d’alliance au contrat politique… Sous ce titre se trouvent rassemblées la plupart des communications présentées lors des quatre séances du Séminaire d’Études Médiévales organisé à Madrid, au cours de l’année 2005-2006, par la Casa de Velázquez, le Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris et l’Université Complutense, avec le soutien de l’Institut Universitaire de France3. Elles eurent pour objet, dans le prolongement d’un questionnement préalable sur les4 coups d’État, d’amorcer une enquête en cours sur le contrat politique dans l’Occident de la fin du Moyen Âge5, à partir de l’analyse d’une pratique contractuelle précise — le contrat d’alliance — dans un domaine certes restreint par rapport à l’horizon visé mais d’emblée comparatiste — la péninsule Ibérique.

Ce champ d’analyse, doublement borné donc, s’est imposé après le constat d’une accentuation de la pratique du contrat d’alliance en Castille à partir des années 1420. Elle est marquée en outre par l’implication directe du roi, caractéristique qui tend à construire une spécificité castillane dans le cadre d’une féodalité bâtarde ou d’État également observée en France ou en Angleterre6. Et si cette pratique du contrat d’alliance en Castille permet, entre autres manifestations, d’identifier clairement la culture politique d’un groupe particulier — la noblesse —, la participation de groupes sociaux distincts obligent néanmoins à l’envisager comme une culture politique partagée7. Partant, la question du contrat d’alliance relève de celles, plus large, du lien politique et de la politisation des sociétés médiévales, c’est-à-dire de leur constitution en sociétés politiques, et permet de prolonger ainsi les travaux déjà réalisés ou engagés sur la genèse médiévale de l’État moderne. C’est précisément ce dépassement sociétal et étatique dont tente de rendre compte le titre choisi pour cet ouvrage, dont l’enjeu est, d’une part, d’enrichir les constats établis pour la Castille et, d’autre part, de prospecter dans ce cadre de voisinage immédiat que constitue la péninsule Ibérique l’existence de cette culture contractuelle formellement très typée. Le parcours proposé en découle.

Les communications d’Isabel Beceiro Pita et de Conchita Quintanilla Raso, dont les travaux ont été parmi les premiers à analyser l’intense recours au contrat d’alliance dans la Castille de la fin du Moyen Âge, constituent un pont avec l’historiographie existante sur le sujet. La première rapporte la pratique à cette structure en quelque sorte matricielle du lien politique que constitue la parenté ; la seconde l’envisage sous l’angle de l’aristocratisation de la noblesse castillane et de l’affirmation en conséquence d’une identité groupale spécifique, celle des Grands.

À la suite, le Seguro de Tordesillas — un texte mal édité et peu étudié alors même qu’il constitue une sorte d’expression paroxystique de la vigueur de la culture du contrat d’alliance en Castille — est analysé dans les communications de Fernando Gómez Redondo, de María Pilar Rábade Obradó et d’Ana Isabel Carrasco Manchado. La première interroge notamment le statut d’une œuvre qui se situe de manière presque indécidable entre l’apologie lignagère, la chronique particulière et le miroir au prince. La deuxième étudie plus particulièrement les actes insérés dans le Seguro de Tordesillas afin d’établir leur typologie diplomatique et de rendre compte ainsi du système d’engagements auquel s’intègre le contrat d’alliance. La troisième envisage le Seguro de Tordesillas en tant qu’événement politique et discursif, ce qui conduit à souligner d’une part son sens historique et à préciser d’autre part, à partir du vocabulaire, l’idéologie qui sous-tend ce discours politique.

Remedios Morán Martín et François Foronda portent ensuite l’accent sur ces deux expériences clefs qui encadrent d’une certaine manière l’accentuation de la pratique du contrat d’alliance dans la Castille du XVe siècle : d’abord le conseil de régence mis en place après la mort de Jean Ier, structure dans laquelle la noblesse trastamare se voit consacrée dans son rôle gouvernemental et sa culture contractuelle légitimée ; ensuite la gouvernementalisation des contrats d’alliance, jusqu’à cette expérience ultime que représentent les contrats de privanza souscrits par Henri IV, par lesquels il confère à ses Grands-privados un pouvoir de jure.

Enfin, Rita Costa Gomes, Eloísa Rámirez Vaquero, Flocel Sabaté et Carlos López Rodríguez proposent dans leurs communications des comparaisons et des prolongements à partir des cas portugais, navarrais, catalan et valencien. Sont ici envisagées successivement la façon dont s’articulent par le biais des Maisons l’ordre domestique et l’ordre politique, puis la chaîne contractuelle qui conduit à l’intégration progressive des groupes dans une communauté politique dont ils se responsabilisent, ensuite la mise en rapport entre les cultures contractuelles nobiliaires et municipales dans le cadre d’un « pactisme » qu’instrumentalisent de concert des élites dirigeantes pour affirmer leur pouvoir, enfin la liquidation du contrat féodal sans qu’elle ne donne lieu à une véritable solution de remplacement en raison de l’absolutisation autant théorique que pratique du pouvoir royal. Et un constat s’impose en définitive : si la pratique du contrat d’alliance peut être rattachée à un « pactisme hispanique », elle reste une culture politique proprement castillane dans ce cadre.

François FORONDA

Sommaire du volume

Parentesco y alianzas políticas en Castilla (siglo XV) – Isabel Beceiro Pita

Relaciones contractuales y propaganda de estatus : « Unidad e amistança entre los Grandes del Reyno » – María Concepción Quintanilla Raso

Elocución y diplomacia : rivalidades culturales en Tordesillas – Fernando Gómez Redondo

Confederaciones, seguros y pleitos homenajes : el contexto documental del Seguro de Tordesillas – María Pilar Rábade Obradó

Léxico político en el Seguro de Tordesillas : conflicto, pactos y autoridad real – Ana Isabel Carrasco Manchado

Niños reyes. La frágil fortaleza del pacto – Remedios Morán Martín

Vers un gouvernement de jure dans la Castille du XVe siècle : les contrats de privanza d’Henri IV de Trastamare – François Foronda

L’ordre domestique et l’ordre politique : la société de cour dans le Portugal du bas Moyen Âge – Rita Costa Gomes

El pacto nobiliario, preludio del diálogo entre el rey y el reino – Eloísa Ramírez Vaquero

États et alliances dans la Catalogne du bas Moyen-Âge – Flocel Sabaté i Curull

Teoría y praxis del contrato político nobiliario en el reino de Valencia. Del interregno a la conquista de Nápoles – Carlos López Rodríguez

 

 

  1. Francisco Javier Villalba Ruiz de Toledo, El cardenal Mendoza ante la guerra civil castellana (1474-1482),  Madrid, 1983, document  n° 3, pp. 53-59. []
  2. Francisco Layna Serrano, Historia de Guadalajara y sus Mendozas en los siglos XV y XVI, Madrid, 1941, t. II, pp. 452- 453. []
  3. Je remercie tout spécialement Monsieur Gérard Chastagnaret et Monsieur Pierre Moret, respectivement directeur et directeur des études antiques et médiévales de la Casa de Velázquez, d’avoir appuyé sans réserves cette initiative ; ainsi que l’ensemble du personnel de la Casa de Velázquez, dont la chaleureuse collaboration a permis d’assurer le bon fonctionnement de ce séminaire régulier. Je tiens à remercier également bien vivement Claude Gauvard d’avoir apporté à ce séminaire le soutien de l’Institut Universitaire de France. Je souhaite aussi remercier bien amicalement Ana Isabel Carrasco Manchado d’avoir accepté de m’aider à coordonner ce séminaire, permettant ainsi son maintien dans le programme d’études doctorales du département d’histoire médiévale de l’Université Complutense pour la période 2005-2007. Je remercie enfin Daniel Baloup du vif et de l’amical intérêt qu’il porte à ce séminaire et d’avoir proposé la publication de ses actes par les Presses Universitaires de Toulouse, ainsi que le groupe de recherche UCM n° 930369 de sa participation financière dans ce but. []
  4. Ce questionnement à donné lieu à un colloque international organisé à Madrid, en 2002, par la Casa de Velázquez, le Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris, l’Université Complutense de Madrid, avec les soutiens du Ministère espagnol d’Éducation, de l’Institut Universitaire de France et du CNRS (François Foronda, Jean-Philippe Genet et José Manuel Nieto Soria (dir.), Coups d’état à la fin du Moyen Âge ? Aux fondements du pouvoir politique dans l’Occident médiéval, Madrid, 2005). []
  5. Pensée au départ comme un des aspects du projet post-doctoral présenté pour le programme ministériel espagnol Juan de la Cierva (2004-2007), grâce auquel j’ai été recruté en tant que chercheur contractuel par l’Université Complutense de Madrid en 2004-2005, en liaison avec le projet de recherche I+D n° BHA 2002-03388 (José Manuel Nieto Soria (dir.), La monarquía como conflicto en la Corona castellano-leonesa (c. 1230-1504), Madrid, 2006) ; cette enquête — Avant le contrat social… Le contrat politique dans l’Occident médiéval (XIIIe-XVe siècle) — s’inscrit aujourd’hui dans l’axe Genèse de l’État moderne coordonné par Jean-Philippe Genet au sein du Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris. []
  6. Afin de ne pas surcharger en notes cette présentation, je me permets de renvoyer à la bibliographie indiquée dans ma contribution à cet ouvrage. []
  7. Ce dernier aspect sera plus amplement développé au cours du séminaire de l’année 2006-2007, où sera notamment envisagé les liens entre le contractualisme nobiliaire et municipal en Castille. []