Avant le contrat social

Ce carnet a pour objectif de rendre compte de l’enquête menée entre 2004-2008 sur la question du contrat politique dans l’Occident médiéval. Seront exposés les enjeux de l’enquête, déposés les programmes des séminaire et colloques organisés dans ce cadre, et proposés des liens vers les trois ouvrages et les différents articles publiés dans ce cadre ou en lien avec ce projet. Seront aussi proposées des informations sur le prolongement de cette enquête qui porte sur les tentatives constitutionnelles des années 1460 en Europe.

Quand le livre fait la norme. Séminaire 2015

colophon

Codicologie quantitative

et sociologie

du livre médiéval

Séminaire du LAMOP

Coordination :

François Foronda, Jean-Philippe Genet, Xavier Hermand et Ezio Ornato

LAMOP Séminaire codicologie 2015

Le séminaire se tient à la Sorbonne, en salle Perroy, de 17h à 19h

Information :

fforonda@univ-paris1.fr

 

 

 

 

Année 2015

Quand le livre fait la norme

 

Jeudi 29 Janvier

Laura Albiero (Institut de recherche et d’histoire des textes, LAMOP)

Norme et normalisation cultuelle dans les livres liturgiques

Discutant : Fabrice Delivré (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, LAMOP)

 

Jeudi 12 Février

Mónica Castillo Lluch (Université de Lausanne)

Le Fuero Juzgo et la normalisation du roman castillan sous le règne de Ferdinand III

Discutant : Benoît Grévin (CNRS, LAMOP)

 

Jeudi 5 Mars – Excursus

Catherine KiKuchi (Université Paris 4 Sorbonne, Centre Roland Mousnier)

La production incunable vénitienne et le milieu du livre : une approche quantitative et comparative

Discutant : Ezio Ornato (CNRS, LAMOP)

 

Jeudi 19 Mars

Anne D. Hedeman (University of Kansas)

The Power of Saintly Images in the Grandes chroniques de France : The Case of Saint Louis

Discutant : Yann Potin (Archives nationales de France)

 

Jeudi 2 Avril

Patrice Beck (Université Lille 3)

De la normalisation dans les livres de comptes à la fin du Moyen Âge

Discutante : Julie Claustre (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, LAMOP)

 

Jeudi 16 Avril

François Foronda (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, LAMOP)

L’ordre juridique, une question codicologique : genèse du livre authentique

Discutant : Robert Jacob (CNRS, LAMOP)

 

Jeudi 28 Mai, Excursus, à partir de 9h30

JOURNEE DE FORMATION EN CODICOLOGIE QUANTITATIVE

DU LAMOP ET DE L’UNIVERSITÉ DE NAMUR

Organisée par Laura Albiero, Octave Julien, Claire Priol, Chiara Ruzzier et Anne Tournieroux

sur le site de VILLEJUIF du LAMOP. Le programme sera communiqué ultérieurement

 

Archives du séminaire

Programme du séminaire 2014

Des chartes aux constitutions. Autour de l’idée constitutionnelle en Europe (XIIe-XVIIe siècle)

CARTEL CONSTITUTION

Alfonso X, Siete Partidas, BNE, Vitr. 4/6, fol. 106 (inicio de la Segunda Partida)
Alfonso X, Siete Partidas, BNE, Vitr. 4/6, fol. 106 (inicio de la Segunda Partida)

 

Conférence européenne, Madrid, 16-18 janvier 2014

Coordination

François FORONDA

(Université Paris I, LAMOP, Grupo Consolidado UCM 930369)

Jean-Philippe GENET

(Université Paris I, LAMOP)

Organisation

École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid)

Programme Signs and States. Semiotics of the Modern State (European Research Council)

Laboratoire de Médiévistique occidentale de Paris (UMR 8589)

 

 

DES CHARTES AUX CONSTITUTIONS
AUTOUR DE L’IDÉE CONSTITUTIONNELLE EN EUROPE (XIIe-XVIIe SIÈCLE)

Par constitution, on entend en général un texte établissant la forme organique de l’État. Or, la production de ce type de texte n’intervient pas avant le XVIIIe siècle. Nul ne doute cependant du caractère constitutionnel d’une monarchie anglaise pour laquelle on parle aujourd’hui de constitution coutumière. Une définition trop stricte conduirait à obvier certaines situations et expériences déterminantes dans la conceptualisation et l’application de l’idée constitutionnelle dans l’Europe des États qui se met en place à partir du XIIe siècle. Le choix d’une définition plus large s’impose. Elle pourrait être celle-ci :  « constitution » désigne un ensemble de normes auquel, indépendamment de sa forme juridique, une société accorde une valeur fondamentale, parce qu’il définit, garantit et règle sa relation au pouvoir et fixe, partant, l’état d’un échange politique. Sur la base de cette définition, la mise en œuvre de l’idée constitutionnelle sera envisagée depuis les chartes de franchises (des proto-constitutions ?) jusqu’aux constitutions modernes, en passant par les législations produites par les États. Le débat s’orientera selon sur trois axes : les contextes spécifiques du développement constitutionnel ; la production des textes de portée constitutionnelle et les procédures de constitutionnalisation ; la part de l’autolégitimation dans les montages constitutionnels.

Por constitución, solemos entender un texto por el que queda establecida la forma orgánica del Estado. Pero este tipo de texto no surge antes del siglo XVIII. Nadie duda sin embargo del carácter constitucional de la monarquía parlamentaria inglesa, a cuyo propósito se habla hoy día de constitución tradicional. Una definición demasiado estricta nos llevaría a obviar algunas situaciones o experiencias que fueron determinantes en la conceptualización y aplicación de la idea constitucional en la Europa de los estados que va construyéndose a partir del siglo XII. Conviene pues optar por una definición más amplia. Podría ser ésta: «constitución» designa un conjunto de normas al que, independientemente de su forma jurídica, una sociedad otorga un valor fundamental, porque define, garantiza y rige sus vínculos con el poder, y fija por tanto el estado de la relación política. Sobre la base de esta definición, la implementación de la idea constitucional será analizada desde los fueros (proto-constituciones?) hasta las constituciones modernas, pasando por las legislaciones producidas por los estados. El debate se enfocará hacia tres ejes: los contextos específicos del desarrollo constitucional; la producción de textos de alcance constitucional y los procesos de constitucionalización; el grado de autolegitimación en los montajes constitucionales.

By the word constitution, we usually refer to a legal document establishing the State’s organic frame. Yet, no such text exists before the XVIIIth century. However, no-one would doubt the constitutional character of an English monarchy, for which one commonly speaks of a customary constitution. Too restrictive a definition would obviate some experiences and situations essential for the conceptualisation and application of the constitutional idea in a Europe of States which gradually emerge from the twelfth century onwards. The choice of a wider definition is necessary. It could be this: by constitution, we refer to a set of norms to which, irrespective of its legal form, a society attributes a fundamental value, because it defines, secure and  regulate its relation to the power and, from this premise, determines the nature of the political exchange. On the basis of such a definition, the implementation of constitutional principles will be explored from the charters of franchise  (proto-constitutions?) to the modern constitutions, through the legislation produced by the states. The debate is expected to develop along three lines: the specific contexts of constitutional development; the production of texts of constitutional significance; the degree of self-legitimation in the constitutional framing.

Programme

JEUDI 16 JANVIER

9h30

Ouverture

Introduction

Jean-Philippe GENET
Université Paris I
D’une constitutionnalité à l’autre : la légitimation entre droit et consentement

10h-14h

GÉNÉALOGIES CONSTITUTIONNELLES

Présidence
Miguel Ángel LADERO QUESADA
Universidad Complutense de Madrid, Real Academia de la Historia

José Manuel NIETO SORIA
Universidad Complutense de Madrid
La experiencia medieval en la construcción del mito constitucional español

Frédéric BOUTOULLE
Université Bordeaux III
« Ils lui concédèrent la justice pour le maintien de la paix ». Une image du contrat politique et de l’origine des franchises au sein de la paysannerie gasconne au XIIIe siècle

Bjorn WEILER
Aberystwyth University (Dyfed)
Thinking about power before Magna Carta

Vicent BAYDAL
Corpus Christi College (Oxford)
Creating a new Kingdom through the law: The constitutional dispute between the monarch and the Aragonese nobles in the colonization of the Kingdom of Valencia, 1231-1330

Gisela NAEGLE
Justus-Liebig-Universität-Gießen
Cités-États ou simples sujets ? Villes rebelles et villes fidèles dans la constitution du Saint-Empire

Débat

16h-20h

LABORATOIRES DE CONSTITUTIONNALITÉS

Présidence
José Manuel PÉREZ-PRENDES MUÑOZ-ARRACO
Universidad Complutense de Madrid

Sverre BAGGE
Universitetet i Bergen
The Scandinavian Election Charters in the Later Middle Ages

Pierre MONNET
Institut français d’Histoire en Allemagne (Frankfurt am Main)
La bulle d’or de 1356, une « constitution » pour l’Empire ?

Michel HÉBERT
Université de Québec à Montréal
Les capitulations provençales de Marie de Blois (1385-1390) : une démarche constitutionnelle ?

Fabrizio TITONE
Euskal Herriko Unibertsitatae
Sistema normativo e partecipazione politica. I Libri delle comunità siciliane nel tardo Medioevo

Jonas BRAEKEVELT
Universiteit Gent
Constitutions de l’État, constitutions des États : les interactions entre restrictions et réformes princières et privilèges des gouvernés aux Pays-Bas Bourguignons

Débat

VENDREDI 17 JANVIER

9h30-14h

CONTRÔLES DE CONSTITUTIONNALITE

Présidence
Luis RIBOT
Universidad Nacional de Educación a Distancia, Real Academia de la Historia

Chris FLETCHER
CNRS-LAMOP (UMR 8589)
Quelles idées « constitutionnelles » dans les rouleaux du Parlement anglais, 1340-1422 ?

Carlos LALIENA CORBERA
Universidad de Zaragoza
Distancia y constitucionalidad. La evolución política del reino de Aragón en la década de 1440-1450

Frédéric F. MARTIN
Université de Nantes
Légitimité, légalité et civilité dans l’ordre juridique royal. Conflit, procédure et consensus aux origines du constitutionnalisme (France, XVe-XVIe siècles)

Jérémie FERRER-BARTOMEU
Ecole nationale des Chartes, Université Paris IV
Le pouvoir des « bureaux ». Secrétariat d’État et genèse de la monarchie administrative (royaume de France, vers 1560- vers 1595)

Marie-France RENOUX-ZAGAMÉ
Université Paris I
Du contrôle de civilité à l’enregistrement des lois : fondements du contrôle judiciaire du souverain monarchique

Sixto SÁNCHEZ-LAURO
Universitat de Barcelona
Constitucionalidad en la Corona de Aragón durante el período de los Austrias: la intensificación del pactismo en Cataluña como mecanismo de creación jurídica y como control en el ejercicio del poder

Débat

16h-20h

CRISES CONSTITUTIONNELLES

Présidence
Yvonne FLOUR
Université Paris I

José DOMINGUES
Universidade Lusíada do Porto
Do Constitucionalismo Revolucionário Medievo às Ordenações do Reino de Portugal

Jérôme LOISEAU
Université de Bourgogne
La nécessité publique contre les privilèges : les monarchies de France et d’Espagne face aux États des deux Bourgognes au Grand siècle

Rachel FOXLEY
University of Reading (Berkshire)
The Levellers and the English constitution in the English Civil War

Pablo FERNÁNDEZ ALBADALEJO
Universidad Autónoma de Madrid
Constitución, «unión natural» y «defensa natural» en la Monarquía de España. Sugerencias para una nueva lectura de la crisis constitucional de 1640

William PETTIGREW
University of Kent
The Empire and the English Constitution in the Seventeenth Century

Débat

SAMEDI 18 JANVIER

10h-14h

LEXIQUES CONSTITUANTS ET LOIS FONDAMENTALES

Présidence
Jean-Philippe GENET
Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Andrea ZORZI
Università degli Studi di Firenze
Dentro la città : il lessico della cittadinanza nelle città italiane comunali e signorili (secoli XIII-XIV)

Gian Maria VARANINI
Università degli Studi di Verona
Oltre la città ? Il lessico delle dedizioni nelle città italiane del Trecento e Quattrocento

Diego QUAGLIONI
Università di Trento
Constitution et constitutionnalisme (XVIe-XVIIe siècles)

Pierre BONIN
Université Paris I
Les lois fondamentales comme constitution de l’ancienne France, une invention des légitimistes

Débat

Conclusions
François FORONDA
Université Paris I

DIPTICO CONSTITUTION

Colloque constitution. Livret

PODCASTS

El espanto y el miedo. Golpismo, emociones políticas y constitucionalismo en la Edad Media

Cubierta3-8François Foronda, El espanto y el miedo. Golpismo, emociones políticas y constitucionalismo en la Edad Media, Madrid, Dykinson, 2013. ISBN : 978-84-9031-491-3

Los hombres de la Edad Media tenían clara la distinción entre el temor y el miedo. Mientras que el primero es producto del amor, del amor verdadero, que es el amor de Dios, el segundo procede del espanto. A finales de la Edad Media no es raro encontrar menciones del temor para caracterizar lo que el súbdito está obligado a sentir por su rey, pero, hasta el siglo XIV, esta emoción venía aplicándose casi de manera exclusiva a la relación entre la criatura y su creador. A partir de entonces, las resistencias a la absolutización del poder regio, que provocaba cierta equiparación entre las figuras completamente opuestas del rey y del tirano, encontraron en la expresión del miedo un potente argumento de legitimación, puesto que, en derecho, el miedo era admitido como causa de inhabilitación. El espanto y el miedo señalan, por tanto, una lógica político-emocional que pudo desempeñar cierto protagonismo en la producción social del poder de estado. El objeto de este libro es, precisamente, indagar en este protagonismo. Los tres estudios seleccionados proponen un desarrollo que parte de la práctica del secuestro regio, iniciada en Castilla a mediados del siglo XIV, y llega hasta los intentos de dar una forma orgánica a la República protagonizados en Cataluña, Castilla y Francia en los años 1460. Cabe preguntarse, pues, si es posible hallar en esa lógica política-emocional del espanto y del miedo, unida a la consiguiente búsqueda de garantía, el fundamento antropológico del contractualismo político y del salto ulterior que se observa hacia el constitucionalismo.

 

Recensions

Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2014/1, 69, pp. 204-205 (Corinne Péneau)

Espacio, Tiempo y Forma, Serie III, Historia Medieval, 27, 2014, pp. 549-552 (Remedios Morán Martín)

Anuario de Estudios Medievales, 44/1, 2014, pp. 555-558 (Máximo Diago)

Studia Historica. Historia medieval, 32, 2014, pp. 273-305 (José María Monsalvo)

 

Première année du séminaire de Madrid (2005-2006)

Programme du Séminaire 2005-2006

[Avant propos du volume des actes du séminaire de Madrid 2005-2006]

En pleine guerre civile, le 28 juin 1467, à Ségovie, dans le chœur de l’église San Miguel, le Conseil de la ville se réunit, cloches sonnantes comme à l’accoutumée. De ce Conseil sont présents : pour les chevaliers et écuyers de la ville, Pedro de Torres, Rodrigo de Peñalasa, Juan Ramires de Montoria, Alfonso González de la Hoz, Juan de Samaniego, Pedro de la Plata et Rodrigo del Río ; et pour ses bons hommes, Gómez González de la Hoz et Rodrigo de Tordesillas. Le représentant du roi, Diego de Aguilar, est là lui aussi, ainsi que Pedro García de la Torre, le notaire chargé de dresser le procès-verbal de leur réunion. Son objet ? Procéder à la lecture de la lettre que le roi leur adresse, portée par le bachelier García López del Castillo, du Conseil royal.

Le roi les y informe qu’il a juré à Dieu et à la Vierge, sur la croix et les évangiles, et prêté hommage entre les mains du chevalier don Iñigo de Mendoza, de ne pas traiter avec l’Infant Alphonse, son frère, ni aucun de ses partisans, sans le conseil, l’accord et le consentement de don Pedro González de Mendoza, évêque de Calahorra, sous peine sinon d’être tenu pour traître. Et pour que son engagement soit plus sûr encore, il ordonne au Conseil de la ville, à son représentant, aux juges et autres officiers de celle-ci, ainsi qu’à ses chevaliers, écuyers et bons hommes de s’en porter les garants. En conséquence, ceux-ci doivent s’engager à aider le roi à tenir sa parole, sinon à lui fermer les portes de la ville et de l’alcázar, à faire fi de ses mandements car ils seront dès lors libérés de toute loyauté, fidélité et sujétion envers lui, et à prêter assistance, sur les revenus qu’il perçoit de la ville et de son finage, à l’évêque de Calahorra. Une fois la lecture terminée, le bachelier García López del Castillo exige que l’ordre du roi soit exécuté. Ce à quoi consentent finalement les personnes désignées, non sans avoir fait savoir avant de jurer à Dieu et à la Vierge, sur la croix et les évangiles, et prêté hommage selon la coutume d’Espagne en ce sens, et après quelques considérations sur la situation du royaume, que l’exigence royale leur paraît bien forte et grave1.

Quelques jours plus tard, le 6 août, le roi jure à Dieu et à la Vierge, sur la croix et les évangiles et prête hommage, promettant à Diego Hurtado de Mendoza, marquis de Santillana, à son frère, le déjà mentionné évêque de Calahorra, ainsi qu’à Pedro de Velasco de ne pas traiter avec l’Infant Alphonse, ni aucun de ses partisans, pendant une période de treize mois, sans leur accord et express consentement. La garantie est cette fois la fille du roi, la princesse Juana, dont ils pourront disposer à leur guise si le roi manque à sa parole. En retour, les mêmes s’engagent à ne pas traiter eux non plus avec le parti alphonsin2. Ces deux exemples ne représentent qu’une infime partie des traces conservées pour le XVe siècle de la pratique en Castille

Du contrat d’alliance au contrat politique… Sous ce titre se trouvent rassemblées la plupart des communications présentées lors des quatre séances du Séminaire d’Études Médiévales organisé à Madrid, au cours de l’année 2005-2006, par la Casa de Velázquez, le Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris et l’Université Complutense, avec le soutien de l’Institut Universitaire de France3. Elles eurent pour objet, dans le prolongement d’un questionnement préalable sur les4 coups d’État, d’amorcer une enquête en cours sur le contrat politique dans l’Occident de la fin du Moyen Âge5, à partir de l’analyse d’une pratique contractuelle précise — le contrat d’alliance — dans un domaine certes restreint par rapport à l’horizon visé mais d’emblée comparatiste — la péninsule Ibérique.

Ce champ d’analyse, doublement borné donc, s’est imposé après le constat d’une accentuation de la pratique du contrat d’alliance en Castille à partir des années 1420. Elle est marquée en outre par l’implication directe du roi, caractéristique qui tend à construire une spécificité castillane dans le cadre d’une féodalité bâtarde ou d’État également observée en France ou en Angleterre6. Et si cette pratique du contrat d’alliance en Castille permet, entre autres manifestations, d’identifier clairement la culture politique d’un groupe particulier — la noblesse —, la participation de groupes sociaux distincts obligent néanmoins à l’envisager comme une culture politique partagée7. Partant, la question du contrat d’alliance relève de celles, plus large, du lien politique et de la politisation des sociétés médiévales, c’est-à-dire de leur constitution en sociétés politiques, et permet de prolonger ainsi les travaux déjà réalisés ou engagés sur la genèse médiévale de l’État moderne. C’est précisément ce dépassement sociétal et étatique dont tente de rendre compte le titre choisi pour cet ouvrage, dont l’enjeu est, d’une part, d’enrichir les constats établis pour la Castille et, d’autre part, de prospecter dans ce cadre de voisinage immédiat que constitue la péninsule Ibérique l’existence de cette culture contractuelle formellement très typée. Le parcours proposé en découle.

Les communications d’Isabel Beceiro Pita et de Conchita Quintanilla Raso, dont les travaux ont été parmi les premiers à analyser l’intense recours au contrat d’alliance dans la Castille de la fin du Moyen Âge, constituent un pont avec l’historiographie existante sur le sujet. La première rapporte la pratique à cette structure en quelque sorte matricielle du lien politique que constitue la parenté ; la seconde l’envisage sous l’angle de l’aristocratisation de la noblesse castillane et de l’affirmation en conséquence d’une identité groupale spécifique, celle des Grands.

À la suite, le Seguro de Tordesillas — un texte mal édité et peu étudié alors même qu’il constitue une sorte d’expression paroxystique de la vigueur de la culture du contrat d’alliance en Castille — est analysé dans les communications de Fernando Gómez Redondo, de María Pilar Rábade Obradó et d’Ana Isabel Carrasco Manchado. La première interroge notamment le statut d’une œuvre qui se situe de manière presque indécidable entre l’apologie lignagère, la chronique particulière et le miroir au prince. La deuxième étudie plus particulièrement les actes insérés dans le Seguro de Tordesillas afin d’établir leur typologie diplomatique et de rendre compte ainsi du système d’engagements auquel s’intègre le contrat d’alliance. La troisième envisage le Seguro de Tordesillas en tant qu’événement politique et discursif, ce qui conduit à souligner d’une part son sens historique et à préciser d’autre part, à partir du vocabulaire, l’idéologie qui sous-tend ce discours politique.

Remedios Morán Martín et François Foronda portent ensuite l’accent sur ces deux expériences clefs qui encadrent d’une certaine manière l’accentuation de la pratique du contrat d’alliance dans la Castille du XVe siècle : d’abord le conseil de régence mis en place après la mort de Jean Ier, structure dans laquelle la noblesse trastamare se voit consacrée dans son rôle gouvernemental et sa culture contractuelle légitimée ; ensuite la gouvernementalisation des contrats d’alliance, jusqu’à cette expérience ultime que représentent les contrats de privanza souscrits par Henri IV, par lesquels il confère à ses Grands-privados un pouvoir de jure.

Enfin, Rita Costa Gomes, Eloísa Rámirez Vaquero, Flocel Sabaté et Carlos López Rodríguez proposent dans leurs communications des comparaisons et des prolongements à partir des cas portugais, navarrais, catalan et valencien. Sont ici envisagées successivement la façon dont s’articulent par le biais des Maisons l’ordre domestique et l’ordre politique, puis la chaîne contractuelle qui conduit à l’intégration progressive des groupes dans une communauté politique dont ils se responsabilisent, ensuite la mise en rapport entre les cultures contractuelles nobiliaires et municipales dans le cadre d’un « pactisme » qu’instrumentalisent de concert des élites dirigeantes pour affirmer leur pouvoir, enfin la liquidation du contrat féodal sans qu’elle ne donne lieu à une véritable solution de remplacement en raison de l’absolutisation autant théorique que pratique du pouvoir royal. Et un constat s’impose en définitive : si la pratique du contrat d’alliance peut être rattachée à un « pactisme hispanique », elle reste une culture politique proprement castillane dans ce cadre.

François FORONDA

Sommaire du volume

Parentesco y alianzas políticas en Castilla (siglo XV) – Isabel Beceiro Pita

Relaciones contractuales y propaganda de estatus : « Unidad e amistança entre los Grandes del Reyno » – María Concepción Quintanilla Raso

Elocución y diplomacia : rivalidades culturales en Tordesillas – Fernando Gómez Redondo

Confederaciones, seguros y pleitos homenajes : el contexto documental del Seguro de Tordesillas – María Pilar Rábade Obradó

Léxico político en el Seguro de Tordesillas : conflicto, pactos y autoridad real – Ana Isabel Carrasco Manchado

Niños reyes. La frágil fortaleza del pacto – Remedios Morán Martín

Vers un gouvernement de jure dans la Castille du XVe siècle : les contrats de privanza d’Henri IV de Trastamare – François Foronda

L’ordre domestique et l’ordre politique : la société de cour dans le Portugal du bas Moyen Âge – Rita Costa Gomes

El pacto nobiliario, preludio del diálogo entre el rey y el reino – Eloísa Ramírez Vaquero

États et alliances dans la Catalogne du bas Moyen-Âge – Flocel Sabaté i Curull

Teoría y praxis del contrato político nobiliario en el reino de Valencia. Del interregno a la conquista de Nápoles – Carlos López Rodríguez

 

 

  1. Francisco Javier Villalba Ruiz de Toledo, El cardenal Mendoza ante la guerra civil castellana (1474-1482),  Madrid, 1983, document  n° 3, pp. 53-59. []
  2. Francisco Layna Serrano, Historia de Guadalajara y sus Mendozas en los siglos XV y XVI, Madrid, 1941, t. II, pp. 452- 453. []
  3. Je remercie tout spécialement Monsieur Gérard Chastagnaret et Monsieur Pierre Moret, respectivement directeur et directeur des études antiques et médiévales de la Casa de Velázquez, d’avoir appuyé sans réserves cette initiative ; ainsi que l’ensemble du personnel de la Casa de Velázquez, dont la chaleureuse collaboration a permis d’assurer le bon fonctionnement de ce séminaire régulier. Je tiens à remercier également bien vivement Claude Gauvard d’avoir apporté à ce séminaire le soutien de l’Institut Universitaire de France. Je souhaite aussi remercier bien amicalement Ana Isabel Carrasco Manchado d’avoir accepté de m’aider à coordonner ce séminaire, permettant ainsi son maintien dans le programme d’études doctorales du département d’histoire médiévale de l’Université Complutense pour la période 2005-2007. Je remercie enfin Daniel Baloup du vif et de l’amical intérêt qu’il porte à ce séminaire et d’avoir proposé la publication de ses actes par les Presses Universitaires de Toulouse, ainsi que le groupe de recherche UCM n° 930369 de sa participation financière dans ce but. []
  4. Ce questionnement à donné lieu à un colloque international organisé à Madrid, en 2002, par la Casa de Velázquez, le Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris, l’Université Complutense de Madrid, avec les soutiens du Ministère espagnol d’Éducation, de l’Institut Universitaire de France et du CNRS (François Foronda, Jean-Philippe Genet et José Manuel Nieto Soria (dir.), Coups d’état à la fin du Moyen Âge ? Aux fondements du pouvoir politique dans l’Occident médiéval, Madrid, 2005). []
  5. Pensée au départ comme un des aspects du projet post-doctoral présenté pour le programme ministériel espagnol Juan de la Cierva (2004-2007), grâce auquel j’ai été recruté en tant que chercheur contractuel par l’Université Complutense de Madrid en 2004-2005, en liaison avec le projet de recherche I+D n° BHA 2002-03388 (José Manuel Nieto Soria (dir.), La monarquía como conflicto en la Corona castellano-leonesa (c. 1230-1504), Madrid, 2006) ; cette enquête — Avant le contrat social… Le contrat politique dans l’Occident médiéval (XIIIe-XVe siècle) — s’inscrit aujourd’hui dans l’axe Genèse de l’État moderne coordonné par Jean-Philippe Genet au sein du Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris. []
  6. Afin de ne pas surcharger en notes cette présentation, je me permets de renvoyer à la bibliographie indiquée dans ma contribution à cet ouvrage. []
  7. Ce dernier aspect sera plus amplement développé au cours du séminaire de l’année 2006-2007, où sera notamment envisagé les liens entre le contractualisme nobiliaire et municipal en Castille. []

Deuxième année du séminaire de Madrid (2006-2007)

Programme du séminaire 2006-2007

[Textes de l’avant propos du volume des actes du séminaire 2006-2007]

En este libro quedan recogidas las actas del segundo año de actividad del Seminario de Estudios Medievales de Madrid, creado en 2005, merced al apoyo de la Casa de Velázquez, del Laboratoire de Médiévistique occidentale de Paris, de la Universidad Complutense de Madrid y del Institut Universitaire de France1, con el fin de desarrollar un proyecto de investigación sobre el contractualismo político en el Occidente medieval2, al que se dará conclusión –al menos a lo que puede considerarse como este primer momento de acercamiento al tema- en abril de 2008, con un amplio coloquio internacional del que cabe esperar una renovada reflexión comparatista, tal y como fue ya experimentada en un anterior proyecto3. Los resultados expuestos en este volumen forman parte, en consecuencia, de una suerte de work in progress, y este nuevo opus ha de ser entendido como la continuación y de alguna manera superación de la perspectiva seguida en el anterior4, y como la preparación de la perspectiva que se pretende muy próximamente recorrer y alcanzar.

El punto de partida, tanto del proyecto de investigación como posteriormente del seminario, fue una practica contractual muy tipificada, tanto documentalmente como socialmente y también de alguna manera cronológicamente si se tiene en cuenta su especial auge en la Castilla del siglo xv: la de las alianzas, amistanzas y confederaciones. Las cuatro sesiones organizadas durante el curso 2005-2006 [Alianzas, amistanzas y génesis del Estado moderno; En torno al Seguro de Tordesillas; La cadena contractual (1 y 2)] permitieron ahondar en la vinculación entre tal práctica y la consolidación del rol político y gubernativo en la corte y en el reino de la aristocracia y nobleza castellanas; permitieron además subrayar la especificidad de la situación castellana frente a otras del entorno (Portugal, Navarra, Corona de Aragón), donde la progresiva organización política de la comunidad, aunque haya podido encaminarse en algún momento hacia este tipo de recursos u otros muy parecidos, tiende en el momento de la comparación, o sea el siglo xv, más bien hacia otras prácticas contractuales o pactistas, o ni siquiera. Finalmente estas sesiones llevaron a constatar que dicho recurso, más allá de los fines proseguidos en cada una de las alianzas, amistanzas o confederaciones suscritas y juradas y de la redes de compromisos verticales, horizontales y tal vez diagonales que para ellos quedan así establecidas y organizadas, funciona a modo de señal de identidad grupal, y por tanto de alfabetización y de integración políticas de los grupos, y ya no sólo nobiliarios, que la manejan. Con ello, la reflexión fue apuntando finalmente la cuestión de los procesos de politización y de (re)definición del vínculo político, o si se prefiere de constitución y expansión de una sociedad política, también estatalizada, mediante lo contractual. Y se decidió contestar dicha cuestión durante el curso 2006-2007 únicamente a partir del caso castellano, pero para darle más amplitud cronológica y socio-política al temario, y así terminar de perfilarlo antes de probar en breve su plena aplicación a escala no sólo peninsular sino además occidental.

Fueron también cuatro las sesiones del curso 2006-2007. Salvo algún retoque muy marginal, se ha conservado su estructura en la presentación de las actas5. Como apuntan los títulos de cada una de ellas, fueron distintas sus líneas organizativas. Cabe recordarlas, aunque muy brevemente. En la primera –Arqueología de la cultura confederativa (Julio Escalona Monge, José Manuel Nieto Soria, Feliciano Novoa Portela, César González Mínguez)- se procedió a rastrear y relacionar los antecedentes de la situación puesta de relieve en el primer año del Seminario, retrospectivamente pues. Estos, muy ligados a cuestiones de integración y de dominio territorial y clientelar, de eficacia militar y estratégica, disciplinaria y religiosa, de defensa de intereses y de participación política según se desprende de los contextos, momentos o casos analizados, indican la existencia de un sistema pactual muy anterior a su posterior funcionamiento y «disparo» bajomedieval. Pero, si bien cabe considerar tal disparo (¿mero efecto documental?) como la reconducción de un sistema ya perfilado en los siglos xi-xii, por lo general asentado en un placitum-pactum que permite el progresivo desarrollo de formas contractuales muy cercanas a las que caracterizan el bastard feudalism, esta misma reconducción puede señalar como una suerte de renovación de la «caridad» como marco fundacional del vinculo social, mediante la «amistad», marco más interaccionista, en consecuencia diferenciador y articulador, posiblemente también, por naturaleza, más propiamente político.

En la segunda sesión –Perspectivas ciudadanas (María Asenjo González, José María Monsalvo Antón, José Antonio Jara Fuente y Yolanda Guerrero Navarrete) se procuro completar la primera perspectiva estamental, sobre todo nobiliaria, conectándola y contrastándola con los usos ciudadanos del contractualismo. Al fin y al cabo, ¿no son fundamentalmente contratos de amistad tanto las «hermandades» como las «confederaciones»?, siendo más bien una consecuencia de su tipificación documental la diferenciación entre ellas. Para abordar estos usos se ha intentando variar las perspectivas (global, regional, local) y tener en cuenta el complejo entramado de relaciones de poder dentro de las ciudades (bandos, linajes, oligarquías, común), así como el entramado en el que estas así como sus elites de gobierno se insertan y del que participan (realengo/señorío, dominación territorial, relaciones de vecindad, con otras ciudades o territorios y con nobles), con el fin de comprobar si se podía aplicar también con validez para este ámbito el concepto de cultura confederativa. Las reflexiones y ejemplos traídos a colación demuestran que así es; que esta cultura política funciona tanto internamente como externamente, no siempre de manera dirigida, con referentes ciertamente propios –por ejemplo el de la vecindad- pero también muy próximos a los utilizados por otros estamentos –como el de paz, bien o concordia-, con lo que va creándose la posibilidad de un entendimiento de los agentes, dentro y con la ciudad, sobre la base de este lenguaje político en definitiva compartido, o dicho de otra manera sobre la base del reconocimiento mutuo de sus identidades así reveladas y/o creadas.

En la tercera sesión –Grupos de poder (José Ramón Díaz de Durana Ortiz de Urbina y Jon Andoni Fernández de Larrea Rojas, César Olivera Serrano, María del Pilar Carceller Cerviño, Francisco de Paula Cañas Gálvez)- se trató de prolongar el cuestionamiento sobre lo contractual como fábrica de identidad política. Pero ello, se miró hacia realidades grupales y grupos de poder cuyo criterio de selección no fue estamental, sino más bien infra, inter o extra-estamental, y por lo tanto en algún caso de más difícil percepción. Así pues fueron objeto de análisis grupos cuya actuación o emergencia está territorialmente circunscrita (Parientes mayores; potenciación de la hidalguía universal cuando se asienta, en contra del poderío «feudal-banderizo» de los Parientes mayores, las Juntas Generales y luego las Hermandades provinciales en el País Vasco) o supuestamente marcada por un «origen nacional» (los exiliados portugueses), y otros cuya emergencia fue producto del desarrollo de la lucha política (partidos) o del proceso de estatalización gubernativa (letrados). Evidentemente, los ejemplos son de muy distinta naturaleza y escala, pero permiten, a modo de sondeo, perfilar también hasta qué límites se pueden llegar. Y salvo en el caso vasco, donde lo contractual queda claramente identificado y nutre finalmente un discurso identitario muy articulado bajo la forma de relatos fundacionales con notable alcance, resulta difícil establecer alguna consecuencia identitaria de la más o menos circunstancial y a veces muy escasa participación confederativa apuntada en los otros casos aquí presentados, al menos para el fortalecimiento de estos mismos grupos como tales. Evidentemente, la comparación queda un poco falseada dado el carácter dispar de las comunicaciones reunidas en esta sesión. Pero posiblemente sea esta situación sobre todo la consecuencia de la movilidad socio-identitaria de los integrantes de los grupos sobre base partidista o profesional aquí analizados, una movilidad socio-identitaria de hecho también presente en el caso vasco (hidalguía universal). Estos integrantes miran en efecto hacia el estamento nobiliar o el selecto grupo de los Grandes, en el caso de los exiliados y del privado, hacia una implantación local para los letrados, lo cual permite a estos últimos actuar tanto como representantes del monarca como portavoces de los intereses de las oligarquías con las que se relacionan o que acaban integrando. En consecuencia, si estos ejemplos no permiten establecer el asentamiento pactual de la identidad como grupo de poder de los grupos considerados, si es que existió, cabe en cambio reubicar la experiencia confederativa de sus miembros dentro de los marcos estamentales más consolidados ya descritos o también, en el caso del privado y de los letrados, en relación con su especial dedicación para poner a servicio de la Corona su implicación contractual.

La última sesión –Pactos y representación (Eduardo Fuentes Ganzo, Máximo Diago Hernando, Ana Isabel Carrasco Manchado)- permite finalmente conectar estas perspectivas grupales y estamentales con la comunitaria, a través de dos estudios dedicados a las Cortes, la primera con una perspectiva cronológica amplia y con especial atención a la moneda y a la fiscalidad como reveladores de lo pactual; la segunda insistiendo más bien sobre un momento de especial relevancia para el propósito general, el de la revitalización de las Cortes al principio del siglo xvi, la cual da lugar a la reavivación y luego radicalización del ideario contractual por parte de las ciudades. Ambas tienden a subrayar tradiciones y rupturas, apuntando así el constante proceso de definición y revisión de los compromisos vigentes. Uno de ellos es el que se trae a colación para finalizar este libro: el registro de obediencias redactado por el secretario Alfonso de Ávila, entre la proclamación de la reina Isabel e inicio de la guerra sucesoria con Portugal. Si bien este registro es contextualizado desde la perspectiva del rito sucesorio de jura de obediencia, la misma excepcionalidad de las condiciones de acceso al trono de Isabel determinan la del documento, que parece ante todo recoger la incorporación a su bando de los hasta entonces valedores de su sobrina Juana, y plantea más allá la obligada reconstrucción de un vínculo negociado entre un rey (auto)proclamado y sus súbditos, o al menos los que se sienten en ese momento preciso como sus representantes autorizados y muy interesados, por diversos motivos, para actuar como tal.

Con estas cuatro sesiones se pone en definitiva de evidencia la existencia de un continuum contractual en Castilla6, sus progresivas y simultaneas densificación y expansión desde el siglo x a principios del xvi, a medida que esta entidad va configurándose territorial, social y políticamente, precisamente para permitir y asentar tal configuración, muy marcada por la estrechísima relación entre el salto estatal y comunitario. Más allá de ello, la clave contractual que da su unidad a este libro, permite ahondar en los procesos de producción, no tanto del sometimiento sino del consentimiento, procesos por supuesto no siempre pacíficos. Y esta es la única base legitima y duradera de los regímenes políticos, incluso del monárquico con tendencia absolutista. Lograr este consentimiento, y el contractualismo es quizá la mejor manera para alcanzar ese objetivo, hace que los agentes se conviertan más que en súbditos en sujetos7, es decir en agentes comprometidos en una construcción que, por consiguiente, ya no es transcendente sino inmanente, donde cada societario, según su estado, es responzabilizado y se ve reconocido el puesto que ocupa en el Estado.

 François FORONDA


Sommaire du volume

El contrato político en la Corona de Castilla. Presentación – François Foronda

Primera parte

Arqueología de la cultura confederativa

Vínculos comunitarios y estrategias de distinción (Castilla, siglos x-xii) – Julio Escalona Monge

Los prolegómenos eclesiásticos de las hermandades políticas – José Manuel Nieto Soria

Acuerdos entre caballeros. Las hermandades de las Órdenes Militares en la Castilla medieval (siglos xii-xiv) – Feliciano Novoa Portela

La participación concejil en la estructura de poder de la Corona de Castilla durante el reinado de Fernando IV (1295-1312) – César González Mínguez

Segunda parte

Perspectivas ciudadanas

Concordia, pactos y acuerdos en la sociedad política urbana de la Castilla bajomedieval – María Asenjo González

En torno a la cultura contractual de las elites urbanas: pactos y compromisos políticos (linajes y bandos de Salamanca, Ciudad Rodrigo y Alba de Tormes) – José María Monsalvo Antón

Vecindad y parentesco. El lenguaje de las relaciones políticas en la Castilla urbana del siglo xv – José Antonio Jara Fuente

Rey, nobleza y elites urbanas en Burgos (siglo xv) – Yolanda Guerrero Navarrete

Tercera parte

Grupos de poder

Las relaciones contractuales de la nobleza y las elites urbanas en el País Vasco al final de la Edad Media (c. 1300-1500) – José Ramón Díaz de Durana Ortiz de Urbina y Jon Andoni Fernández de Larrea Rojas

El exilio portugués en la Castilla de los Trastámara: cultura contractual y conflicto dinástico – César Olivera Serrano

El privado como eje vertebrador del partido regio durante la época de Enrique IV: Beltrán de la Cueva – María del Pilar Carceller Cerviño

Los burócratas como grupo de poder: su influencia y participación en la vida urbana y en las luchas de bandos (Castilla, primera mitad del siglo xv) – Francisco de Paula Cañas Gálvez

Cuarta parte

Pactos y representación

Pactismo, Cortes y Hermandades en León y Castilla. Siglos xiii-xv – Eduardo Fuentes Ganzo

La cultura contractual en los medios urbanos castellanos a fines de la Edad Media: el resurgimiento de las cortes durante el período precomunero – Máximo Diago Hernando

La ceremonia de obediencia regia: ¿un pacto estamental? – Ana Isabel Carrasco Manchado

  1. Quiero aprovechar esta publicación para agradecer a todas las instituciones mencionadas su continuado apoyo desde 2005, y también a todas aquellas personas que se han encargado de la parte digamos más técnica del Seminario, en especial al personal de la Casa de Velásquez por su plena y encarecida colaboración. También quiero renovar aquí mis agradecimientos a todos los investigadores que han participado al seminario desde sus inicios, tanto como ponentes como fieles asistentes y debatidores. Finalmente, quiero expresarle a Ana Isabel Carrasco Manchado mi especial reconocimiento por la labor que ha ido desempeñando para ayudarme a coordinar este Seminario, muy especialmente, entre muchas otras cosas, por haberse encargado de orientar a los doctorandos que han acudido para formarse, y por haber realizado este año la edición de estas actas. []
  2. Este proyecto fue definido con ocasión del primer Programa Juan de la Cierva (2004-2007), en relación con el proyecto I+D que dirigía entonces el Profesor Nieto Soria («La monarquía como conflicto en la Corona castellano-leonesa. Siglos xiii al xv» [BHA-2002-03388]). En la actualidad queda integrado, bajo el título Avant le contrat social… Le contrat politique dans l’Occident médiéval (XIIIe-XVe siècle) en el eje de investigación «Genèse de l’État moderne» que dirige el Profesor Genet en el Laboratoire de Médiévistique occidentale de Paris (UMR 8589). []
  3. François Foronda, Jean-Philippe Genet y José Manuel Nieto Soria (dirs.), Coups d’État à la fin du Moyen Âge ? Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale, Madrid, 2005. []
  4. François Foronda y Ana Isabel Carrasco Manchado (dirs.), Du contrat d’alliance au contrat politique. Cultures et sociétés politiques dans la péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge, Toulouse, 2007. []
  5. Así, el orden seguido durante el seminario –primero Perspectivas ciudadanas y luego Arqueología confederativa, a la inversa del orden de presentación seguido en estas actas- sólo fue una consecuencia de los obligados ajustes de agenda entre los distintos conferenciantes que intervinieron en ellas. Lógicamente se ha restablecido en esta publicación el orden que fue ideado en un principio. Por otra parte, en estas actas, la comunicación de Feliciano Novoa Portela, presentada durante la sesión Grupos de Poder, ha sido desplazada a la sesión Arqueología confederativa, esencialmente por razón de la cronología y naturaleza de la documentación manejada; mientras que la comunicación de José Ramón Díaz de Durana Ortiz de Urbina y Jon Andoni Fernández de Larrea Rojas ha seguido el camino exactamente inverso, al considerarla cronológicamente y en cierta medida también temáticamente compatible con las otras comunicaciones de la sesión Grupos de poder, lo cual ha permitido reequilibrarla. Y en caso de sentirse agraviados los autores por este doble desplazamiento, les ruego que quieran aceptar las disculpas que les presentamos de antemano. []
  6. Utilizo este término de continuum en referencia al inicio de la reflexión de Paolo Prodi sobre la «societá corporata o giurata», en su libro Il sacramento del potere. Il giuramento político nella storia costituzionale dell’Occidente, Milan, 1992, p. 161. []
  7. P. Prodi, «Introduzione : evoluzione e metamorfosi della identità collettive», en id. y Wolfgang Reinhard (eds.), Identità collettive tra Medioevo ed Età Moderna, Bologna, 2002, pp. 9-27. []

Colloque de Madrid (2008)

Programme colloque

 

Du contrat ou de la structure proprement politique des sociétés politiques  [AvantContratSocial]

 Ce livre recueille les derniers apports d’un projet scientifique sur la contractualité politique à la fin du Moyen Âge. Il fut élaboré en 2003-2004 afin d’être présenté au premier concours du Programme ministériel espagnol Juan de la Cierva (2004-2007). Depuis, et grâce à de nombreux soutiens, ce projet a donné lieu à un développement échelonné. Le premier temps fut celui du Séminaire de recherche et d’études doctorales (2005-2006) fondé à la Casa de Velázquez et consacré aux domaines castillan et ibérique – je remercie bien amicalement Ana Isabel Carrasco Manchado de m’avoir aidé si efficacement à l’animer, et de s’être chargé plus spécialement dans ce cadre du suivi des études doctorales que je ne pouvais plus convenablement assurer étant donné mon départ de l’Université Complutense de Madrid pour celle de Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 2005. Le second et dernier temps prit la forme d’un colloque international (2008) destiné à étendre au domaine européen les questions d’abord posées puis affinées à partir des seuls domaines castillan et ibérique1. Par conséquent, le présent ouvrage, c’est-à-dire les actes du colloque international2, doit-il être replacé dans la continuité de résultats déjà publiés, ceux du séminaire3 ; des travaux qu’il vise à compléter comme le montrent dans ce volume les communications sur les royaumes ibériques, et à mettre en regard dans une perspective comparatiste plus large. Ces analyses et réflexions, celles du séminaire et du colloque, s’inscrivent par ailleurs dans la continuité d’un autre projet, sur les coups d’État à la fin du Moyen Âge, lequel donna lieu également à un colloque international à Madrid (2002). Mais elles en renversent l’approche d’une certaine manière4. Car si entre l’un et l’autre des projets, le fil rouge reste la question des fondements du pouvoir politique dans l’Europe occidentale de la fin du Moyen Âge, le projet sur la contractualité en propose une attaque par une autre tranchée, à l’avers ou au revers, susceptible en tout cas de produire un nouveau décapage5.

Le titre de cet ouvrage ne laisse guère de doute sur son sens, d’autant moins en raison de son exergue rousseauiste : Avant le contrat social… J’entends déjà le concert des prochaines critiques, celles que feront tous ceux qui, sans toujours aller au-delà des introductions dans leurs lectures, taxeront l’entreprise de téléologique, reprenant ainsi le stéréotype qu’il est de bon ton d’employer, en France et à l’oral surtout, pour faire la fine bouche du programme lancé autrefois par Jean-Philippe Genet6. Allez, je lâche la formule qui agace : « Genèse de l’État moderne », dont l’auteur n’a d’ailleurs nullement besoin de mes services pour répondre aux critiques, cependant rarement poussées jusqu’à une réelle réfutation des considérables résultats obtenus et encore à obtenir7. Toutefois, il me semble que le récit que forment ces résultats, d’ailleurs pas toujours assez connu ou pris en compte en dehors de la communauté historienne, voire plus étroitement encore en dehors de celle des médiévistes8, que ce récit donc est davantage orienté dans l’esprit de ses détracteurs qu’il ne l’est en réalité. Il ne m’a pas semblé en effet, en reprenant certains des chapitres des sept volumes publiés9, et d’autres contributions aux multiples colloques et rencontres organisés en relation ou dans la mouvance de ce programme10, que le sens du récit soit si clair que cela ; ne serait-ce qu’en raison d’un certain morcellement éditorial, ou de l’absence d’une synthèse sur le sujet, du moins à l’échelle européenne11, et de l’ampleur des situations prises en compte.

Combien même serait-il un peu orienté, faut-il être contre l’idée qu’il puisse exister des processus ? Qu’il soit possible d’expliquer leur pourquoi et non pas seulement leur comment ? Et d’affirmer ce qu’ils construisent, ou pas d’ailleurs, c’est-à-dire finalement d’en retracer l’histoire ? Dire Avant le contrat social…, cela veut dire en effet que le contractualisme médiéval, ses théories et ses pratiques, précèdent les théories du pacte social de Bodin à Rousseau et les constructions politiques qu’elles fondent, dont on nous répète souvent qu’il faut les refonder par de nouveaux pactes, peut-être pour mieux les liquider en fait12. Mais cela n’implique pas que le chemin soit rectiligne et continu. Les processus ne vont pas toujours à terme, ils peuvent s’interrompre, rebondir et reprendre, parfois se faire réversibles aussi. Autrement dit, il n’y a pas de fatalité dans leur issue, et peut-être pas même de rapport généalogique entre les situations. Et dire cela est respecter presque à la lettre l’esprit expérimental qui a présidé autrefois à la définition, au lancement et à la conduite du programme sur la genèse de l’État moderne.

Il y a chez Rousseau lui-même l’aveu d’une démarche quelque peu expérimentale quand il écrit, au début de la première version du contrat social (Du contract social ou essai sur la forme de la République), qu’il met « la machine en état d’aller » sans souhaiter cependant en régler les mouvements13. En invoquant Rousseau, son traité qu’il dira dans sa seconde version (Du contract social ou principes du droit politique) être issu d’un projet plus vaste mais abandonné14 ; en invoquant cette articulation, déjà très travaillée par d’autres avant lui, qu’il noue définitivement entre la constitution d’une société politique, la souveraineté et la sujétion, c’est tout un champ d’analyse qui se met en place d’un coup – à la façon de ces villes que Proust fait renaître en prononçant simplement leurs noms dans Du côté de chez Swann qui ouvre sa Recherche du temps perdu15 –, celui de la production sociétale de l’État. C’est ce que j’entends principalement par la formule « contrat politique ». Or, c’est l’un des principaux acquis du programme sur la genèse de l’État moderne que d’avoir démontré qu’il n’y a pas de saut étatique sans décollage sociétal, qu’ils vont mano a mano. Et il me faut d’ailleurs citer ici l’ouvrage récemment publié sous la direction de Jean-Philippe Genet et d’autres sur la société politique, où sont reprises les communications d’un colloque qui avait eut lieu à Paris en 2004, car c’est également dans ce contexte que fut définitivement arrêté le projet sur le contrat politique16.

L’esprit du questionnement à l’origine de ce nouvel opus se veut donc « continuiste ». Il recèle cependant une indéniable volonté de complémentation et de rénovation. Car un point plus particulier oblige à mon sens à reprendre l’interrogation, celui de la structure de la société politique. Jean-Philippe Genet estime en effet que cette structure n’est pas de nature proprement politique mais plutôt culturelle, d’où son insistance sur le système de communication dans nombre de ses travaux17, ou même dans son enseignement18, et le développement plus récent donné aux questions des langages politiques et des vecteurs de l’idéel dans son séminaire de recherche et dans son projet tout juste amorcé Signs and States : Semiotics of the Modern States (ERC Advanced Grant). Toutefois, il me semble souhaitable de poser l’hypothèse d’une structure plus proprement politique. En ce sens, il convient de rappeler ce continuum contractuel auquel Paolo Prodi donne le nom de società giuratta ou corporata, qu’il voit se former à partir de la réforme grégorienne, ce grand moment de partage des champs religieux et politique, sur la base d’un serment-contrat très plastique dans ses contenus et pour cela même expansif, qui revêt un caractère proprement constituant19. Car ce continuum invite à envisager un rapport de stricte synonymie entre société politique, ou civique, et société contractuelle ; par conséquent à employer le « contrat », implicite ou explicite, comme un étalon de mesure de la plus ou moins large, croissante et toujours réversible politisation des sociétés médiévales.

Je ne souhaite cependant pas laisser croire en faisant appel à cette autre construction au long cours, plus juridique dans son approche, que le questionnement est plaqué. Car si le regard porté sur la contractualité depuis le début de ce projet a certes été nourri d’une fréquentation, de lectures et d’échanges stimulants, il doit tout autant à l’observation et à l’expérience d’un terrain particulier, celui que forme les royaumes de la Péninsule Ibérique et plus particulièrement le royaume de Castille. Ce terrain n’était qu’en apparence plus propice qu’un autre à l’élaboration et à l’application de ce type de problématique, car la mise en évidence d’un continuum contractuel y devait surmonter des difficultés d’ordre historiographique – comme certains anciens blocages (pactisme catalano-aragonais et souverainisme national-catholique castillan) et compartimentages (histoire de l’Église, de la noblesse, des villes…) – et documentaire – plus particulièrement certains effets, réels (par exemple la chronologie de la trace archivistique des engagements jurés) ou fabriqués (par exemple les typologies documentaires) – tout à fait contraires à la mise en évidence d’un quelconque continuum. Le jeu a consisté partant à tirer le fil des contrats d’alliance en Castille, dont une approche moins strictement nobiliariste et plus sérielle avait permis de montrer qu’ils portaient l’institutionnalisation d’un système de gouvernement, la privanza ((F. Foronda, « Vers un gouvernement de jure » ; id., « Patronazgo, relación de clientela y estructura clientelar. El testimonio del epílogo de la Historia de don Álvaro de Luna », numéro monographique de la revue Hispania sur Clientelas y redes clientelares coordonné par Cristina Jular (235, p. 433-462))). Or, en tirant ce fil, l’enquête a fait se tendre une toile contractuelle sociologiquement plus grenue et plus ample que ne le laissaient penser de précédentes analyses trop préméditées et segmentées du dossier ; une toile dont la façon était bien antérieure à ce qu’indiquait la simple augmentation de sa trace archivistique à partir de la fin du xivesiècle ; une toile enfin autrement plus lourde dans sa portée gouvernementale et, in fine, constitutionnelle20.

Certes différent du pactisme catalano-aragonais, ce pactisme castillan  juridiquement vertébré par le pleito-homenage et politiquement dominé par l’aristocratie n’en a pas moins pour conséquence une mise sous contrat, implicite puis explicite, de la monarchie castillane21. Remarquons cependant que cette mise sous contrat explicite, qui en passe par l’engagement direct du roi dans le tissu contractuel et par quelques détours mythologiques, s’invente et échoue pratiquement au même moment, entre les années 1430 et les années 1460, ce qui en rend l’interprétation plutôt difficile. A moins de prendre ce moment pour ce qu’il est, c’est-à-dire un temps d’ouverture et d’expérience des possibles, un temps proprement politique, dont l’historien doit tenir compte s’il ne veut pas manquer un maillon fondamental de l’histoire de la souveraineté. Bien entendu, la chronologie et les modalités de ce temps des possibles diffèrent d’une société à une autre, et l’organisation même du colloque et de ce volume, par aires (Italie, Empire, France, Angleterre, péninsule Ibérique), avec à chaque fois des synthèses introductives pour en faciliter la lecture, vise à rendre compte des spécificités et des rythmes de chacune, voire des réserves que peut susciter un tel questionnement22. Néanmoins, certaines des communications rassemblées dans cet ouvrage obligent à aller au-delà de cette mise en place contiguë des expériences et à poser l’idée d’une convergence, sur la fin, quand il ne fait plus aucun doute que le contrat longtemps pratiqué calladamente est dévoilé23, et que ce dévoilement créé paradoxalement les conditions mêmes de sa rupture et de sa liquidation ultérieures.

Cette convergence pointe une virtualité politique. Elle porte d’ailleurs un nom comme le montrent plus particulièrement les discours et les textes produits par certains mouvements, concomitants mais avortés, tous orientés à régler constitutionnellement et ainsi à garantir définitivement un certain échange politique et un certain équilibre des pouvoirs dans l’Europe des années 1460-148024. Le nom de cette virtualité, c’est la République ou le bien de la chose publique. Son évocation se multiplie dans les sources à partir des années 1420. Elle s’inspire alors davantage des lectures humanistes de la fin du xive siècle que de la scolastique25 et elle est avivée au cours des décennies suivantes par une menace tyrannique ressentie comme grandissante, parfois dénoncée en latin d’ailleurs26. Face à la tyrannie, c’est-à-dire face à l’absolutisation du pouvoir souverain, cette République n’a cependant rien de révolutionnaire, encore qu’il est possible de l’envisager comme le mot d’ordre d’une révolution conservatrice. Car cette République est revendiquée essentiellement par des élites nobiliaires ou/et oligarchiques soucieuses surtout de leurs intérêts, parfois proprement réactionnaires, qu’elles savent cependant faire passer, par leurs discours et leurs pratiques, pour ceux d’une communauté, d’un peuple, d’un pays ou encore d’un royaume, dont elles ont confisqué préalablement la représentation politique, avec l’aide d’un pouvoir en quête d’interlocuteurs27. Ce constitutionnalisme sur lequel débouche le contractualisme politique à la fin du Moyen Âge est donc loin d’être neutre, mais il n’en est pas moins un jalon essentiel dans l’histoire d’une notion du droit politique, la République, qui s’applique ultimement à tout gouvernement légitime.

Mais je laisse les derniers mots à Jean-Jacques Rousseau, qui précise dans une note aussitôt après avoir affirmé que « tout gouvernement légitime est républicain » :

« Je n’entends pas seulement par ce mot une Aristocratie ou une Démocratie, mais en général tout gouvernement guidé par la volonté générale, qui est la loi. Pour être légitime il ne faut pas que le Gouvernement se confonde avec le Souverain, mais qu’il en soit le ministre : alors la monarchie elle-même est république. Ceci s’éclaircira dans le livre suivant »28

François Foronda


Sommaire du volume

Du contrat ou de la structure proprement politique des sociétés politiques – François Foronda [AvantContratSocial]

Péninsule Italienne

L’Italie, terre de contrats – Patrick Boucheron

Il contractualismo nella crisi del Regnum Italiae (s. ix-xii) : la ricostruzione di una cultura politica locale – Mario Ascheri

De la République dans la Monarchie ? Genèse et développement diplomatiques de la contractualité dans l’État pontifical (fin xiie-début xvie siècle) – Armand Jamme

Il dominio territoriale di Firenze nei secoli xiv-xv : mediazoni, negoziazioni, pattuizioni – Andrea Zorzi

Souveraineté, protection, négociation. Sur les valeurs du contrat féodal dans la Lombardie du xve siècle – Pierre Savy

Como se tuta questa universidade parlasse. La rappresentaza politica delle comunità nello stato di Milano (xv secolo) – Massimo Della Misericordia

Empire

Le Saint Empire : contrat politique et souveraineté partagée – Jean-Marie Moeglin

L’émergence de la notion de « sujétion conditionnelle » dans la Prusse de la première moitié du xve siècle – Mathieu Olivier

France

Contrat, consentement et souveraineté en France – Claude Gauvard

Essor et limites théologiques du contrat politique dans la pensée scolastique – Alain Boureau

Ami et alié envers et contre tous. Étude lexicale et sémantique de l’amitié dans les contrats d’alliance – Bénédicte Sère

Des serments collectifs au contrat politique ? France (début du xve siècle) – Corinne Leveleux-Texeira

Non est enim potestas, nisi a Deo… Les fondements contractuels du pouvoir en Dauphiné à la lumière du Statut de 1349 – Anne Santamaria-Lemonde

Les bonnes causes du peuple pour se révolter. Le contrat politique en Flandre médiévale d’après Guillaume Zoete (1488) – Jan Dumolyn et Jelle Haemers

Angleterre

Community and Contract in Later Medieval England – John Watts

King, Lords and Commons in Late Medieval England : A Contractual Relationship ? – Caroline Burt

La moralité religieuse comme contrat social. Les officiers en Angleterre et en France à la fin du Moyen Âge – Christopher Fletcher

Political contract in late medieval english towns – Christian D. Liddy

Mythe des origines et contrat politique chez sir John Fortescue – Aude Mairey

Péninsule ibérique

La cultura pactual hispánica – María Asenjo González

Pensar el pacto en la Corona de Aragón : Francesc Eiximenis y el Dotzè del Crestià – Eduard Juncosa Bonet

L’administration des profertes du bras royal catalan ou les conditions de son soutien à Pierre le Cérémonieux (1350-1357) – Alexandra Beauchamp

El pacto « constitucional » en la monarquía navarra (1234-1330) : El rey y las buenas villas del reino – Juan Carrasco Pérez

Le messie de Lisbonne et la monarchie à l’anglaise. Les Cortes de Coimbra de 1385 – Luis Miguel Duarte

Jurisdicción real y jurisdicciones señoriales en Castilla : la « ley de Guadalajara » de 1390 – Carlos Garriga Acosta

Parcialidades urbanas y pactos en torno a las elecciones episcopales en la Castilla del siglo xv – Jorge Díaz Ibañez

Entre el rey y el reino calladamente está fecho un contrato. Fundamentos contractuales en la monarquía trastámara en Castilla en el siglo xv – Ana Isabel Carrasco Manchado

El dinero del rey y la « ley de la comunidad ». Pacto político y contrato fiscal en el Reino de Granada tras la conquista – Ángel Galán Sánchez

Conclusions

Du contrat à la constitution – Jean-Philippe Genet

El contractualismo como concepto historiográfico – José Manuel Nieto Soria

Recensions

Dans l‘Histoire, 369, 2011, p. 107.

Dans Revue Catholica, 115, printemps 2012 (Cyrille Dounot)

Dans la Revue historique, 661, 2012, pp. 205-208 (Corinne Péneau)

Dans l’Anuario de Estudios Medievales, pp. 991-1001 (Stéphane Péquignot)

Dans Francia Recensio, 4, 2012 (Gisela Naegle)

Volume 1 (Du contrat d’alliance au contrat politique…)

Volume 2 (El contrato político…)

Volume 3 (Avant le contrat social…)

Dans les Annales. Histoire, Sciences Sociales, 69, 2014/1, pp. 203-204 (Roxane Chilà).

Dans English Historical Review, 129, 2014, pp. 1188-1190 (J. Dunbabin)

Dans Speculum, 90/2, 2014, pp. 538-540 (Cary J. Nederman).

 

 

  1. Je remercie vivement la Casa de Velázquez, ses directeurs et directeurs d’études successifs –Gérard Chastagnaret, Jean-Pierre Étienvre, Pierre Moret et Daniel Baloup – ainsi que son personnel – plus particulièrement la secrétaire des Études antiques et médiévales, Flora Lorente –, d’avoir bien voulu accueillir le séminaire de recherche ainsi que le colloque international. La mise en place de ces deux cadres d’investigation fut rendu possible grâce aux constants soutiens du Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (UMR 8589) – axe « Genèse de l’État moderne » dirigé par Jean-Philippe Genet et axe « Comportements et lien social » dirigé par Claude Gauvard – et des projets I + D (BHA 2002-03388 et HUM 2006-05196) dirigés par José Manuel Nieto Soria au sein du Grupo Consolidado de Investigación 930369 à l’Université Complutense de Madrid. Qu’ils en soient ici bien chaleureusement remerciés. Pour le colloque, d’autres institutions et organismes de recherche prêtèrent aussi leur concours afin d’en assurer le déroulement ainsi que la publication des actes – Institut Universitaire de France, Mission historique française en Allemagne, École française de Rome, Centre national de la Recherche scientifique, Ministère espagnol d’Éducation et de Recherche, Conseil Scientifique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Comité Español de Ciencias Históricas. Je les en remercie tous également bien vivement. Enfin, je remercie les Publications de la Sorbonne et son directeur, Bertrand Hirsch, d’avoir bien voulu accepter de publier cet ouvrage []
  2. Ce volume présente néanmoins quelques variations par rapport au colloque. Tout d’abord, certaines communications n’ont malheureusement pas pu être reproduites ici. Á l’exception de l’une d’elles (Neithard Bulst, « Le contrat politique dans les villes allemandes. L’exemple des révoltes urbaines médiévales), leurs résumés en annexe en présentent cependant leurs principales problématiques (Pietro Corrao, Helmut G. Walther, Laurence Buchholzer, Nicolas Offenstadt). Cette situation explique le déséquilibre entre l’Empire et les autres aires dans ce volume. D’autre part, deux textes figurent dans ce volume qui ne furent pas présentés lors du colloque, celui d’Ana Isabel Carrasco Manchado et celui d’Eduard Juncosa Bonet, qui ont bien voulu répondre de manière enthousiate à ma commande pendant l’édition de cet ouvrage []
  3. F. Foronda et A. I. Carrasco Manchado (dir.), Du contrat d’alliance au contrat politique. Cultures et sociétés politiques dans la péninsule Ibérique de la fin du Moyen Âge, Toulouse, 2007 et El contrato político en la Corona de Castilla. Cultura y sociedad políticas entre los siglos x al xvi, Madrid, 2008. []
  4. F. Foronda, J.-Ph. Genet et J. M. Nieto Soria (dir.), Coups d’État à la fin du Moyen Âge ? Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale, Madrid, 2005 []
  5. On me permettra de préciser pour mieux faire comprendre le développement successif de ces deux pistes de recherches et leur lien étroit que les contrats de privanza formaient déjà le revers ou l’avers des coups d’État dans un des chapitres de ma thèse (F. Foronda, La privanza ou le régime de la faveur. Autorité monarchique et puissance aristocratique en Castille (xiiie-xve siècle), Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2003, t. I, p. 347-455 (elle sera publiée prochainement sous le titre La privanza ou le régime de la faveur. Essai sur la souveraineté dans la Castille de la fin du Moyen Âge). Ces deux versants du même problème ont été depuis repris et prolongés dans deux articles : « S’emparer du roi. Un rituel d’intégration politique dans la Castille trastamare », dans F. Foronda., J.-Ph. Genet et J. M. Nieto Soria (dir), Coups d’état à la fin du Moyen Âge ?, p. 213-329 et « Vers un gouvernement de jure dans la Castille du xve siècle : les contrats de privanza d’Henri IV de Trastamare », dans F. Foronda et A. I. Carrasco Manchado (dir.), Du contrat d’alliance au contrat politique, p. 185-244. []
  6. J.-Ph. Genet, « La genèse de l’État moderne. Les enjeux d’un programme de recherche », Actes de la recherche en sciences sociales, 118, 1997, p. 3-18. Pour une récente mise en perspective historiographique, voir N. Offenstadt, « L’histoire politique de la fin du Moyen Âge, quelques discussions », dans Être historien du Moyen Âge au xxie siècle. XXXVIIIe Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, Paris, 2008, p. 182 et 188-190 []
  7. Hormis peut-être dans le volume N. Bulst, R. Descimon et A. Guerreau (éd.), L’État ou le roi. Les fondations de la modernité monarchique en France (xive-xviie siècles), Paris, 1996. []
  8. Leur présentation grand public récemment réalisée par P. Boucheron permettra peut-être de leur assurer un plus large écho (« L’État est né au Moyen Âge », L’Histoire, 331, 2008, p. 36-39). []
  9. W. Blockmans et J.-Ph. Genet (dir.), Les origines de l’État moderne en Europe, xiie-xviiie siècles, 7 vols. (R. Bonney (dir.), Systèmes Economiques et finances publiques ; J. Coleman (dir.), L’individu dans la théorie politique et dans la pratique ; W. Reinhard (dir.), Les élites du pouvoir et la construction de l’État en Europe ; Ph. Contamine (dir.), Guerre et concurrence entre les États ; P. Blickle (dir.), Résistance, représentation et communautés ; A. Padoa Schioppa (dir.), Justice et législation ; A. Ellenius (dir.), Iconographie, propagande et légitimation), Paris, 1996-2001. []
  10. Voir les différents bilans dressés par Jean-Philippe Genet sur le site du Laboratoire de Médiévistique occidentale de Paris (http://lamop.univ-paris1.fr). []
  11. Pour l’Angleterre, voir J.-Ph. Genet, La genèse de l’État moderne. Culture et société politique en Angleterre, Paris, 2003. []
  12. Voir notamment J. Terrel, Les théories du pacte social. Droit naturel, souveraineté et contrat de Bodin à Rousseau, Paris, 2001 ; S. Champeau, « Contrat social », Cités, 10, 2002, p. 159-167 ; J.-P. Cléro et Th. Ménissier (coord.), L’idée de contrat social. Genèse et crise d’un modèle philosophique, Paris, 2004. []
  13. Jean-Jacques Rousseau, Du Contrat social, éd. R. Derathé, Paris, 2004, p. 103. []
  14. Ibid., p. 171. []
  15. « Je n’eus besoin pour les faire renaître que de prononcer ces noms : Balbec, Venise, Florence, dans l’intérieur desquels avait fini par s’accumuler le désir que m’avaient inspiré les lieux qu’ils désignaient », Marcel Proust, A la recherche du temps perdu, éd. J.-Y. Tadié, Paris, 1999, p. 312. []
  16. V. Challet, J.-Ph. Genet, H. R. Oliva et J. Valdeón (éd.), La société politique à la fin du xve siècle dans les royaumes ibériques et en Europe : élites, peuple, sujets ?, Paris – Valladolid, 2007, et plus spécialement la « Conclusion » de J-Ph. Genet dont certaines remarques portent la trace de ce contexte (p. 217-227). []
  17. Voir plus particulièrement la deuxième partie de sa thèse d’habilitation (id., La genèse de l’État moderne, p. 109-257). []
  18. L’approche développée dans son manuel d’Agrégation est de ce point de vue assez révélatrice me semble-t-il (Id., La mutation de l’éducation et de la culture médiévales. Occident chrétien, xiie siècle – milieu du xve siècle, Paris, 1999). []
  19. P. Prodi, Il sacramento del potere. Il giuramento político nella storia costituzionale dell’Occidente, Milan, 1992. []
  20. voir les travaux rassemblés dans les deux volumes d’actes du séminaire. Sur l’ancienneté de cette toile, la mise en relation récente entre, d’une part, les formules de l’hospitium et le patrocinium hispano-romains, et d’autre part, celles des fueros et des cartas de hermandad, ouvre une perspective de très long terme particulièrement stimulante (P. Balbín Chamorro, « Una propuesta metodológica: utilización de fuentes medievales para el estudio de la Historia Antigua peninsular », En la España Medieval, 28, 2005, p. 355-377). Toutefois, aucune solution n’y est proposée quant aux éventuelles voies de transmission. Peut-être faudrait-il davantage chercher du côté du pactisme monacal hispanique (Ch. J. Blisko, « Gallegan pactual monasticism in Repopulation of Castile », dans Estudios dedicados a Menéndez Pidal, Madrid, 1951, t. II, p. 513-531 ; id. « The Pactual tradition in Hispanic Monasticism », dans sa compilation d’articles et de travaux Spanish and Portuguese Monastic History. 600-1300, Londres, 1984, p. 1-43; A. Linaje Conde, Los orígenes del monacato benedictino en la Península Ibérica, León, 1973, t. I, p. 291-341 ; M. Zabalza Duque, Colección diplomática de los condes de Castilla: edición y comentario de los documentos de los condes Fernán González, García Fernández, Sancho García y García Sánchez, Valladolid, 1998, p. 150-161). Il a pu jouer en effet le rôle d’un conservatoire de pratiques et de formules d’association, dont la reconduction, dans le cadre du monachisme même et en direction de groupes et de communautés en plein processus de formation et de stabilisation, doit probablement beaucoup à l’installation des clunisiens et des cisterciens (I. Alfonso Antón, « Sobre la ‘amicitia’ en la España medieval », Boletín de la Real Academia de la Historia, clxx, 1973, p. 379-386; E. Pascua Echegaray, « Redes personales y conflicto social: Santiago de Compostela en tiempos de Diego Gelmírez », Hispania, 185, 1993, p. 1069-1089 ; la section Arqueología de la cultura confederativa du deuxième volume d’actes du séminaire, en particulier les contributions de J. Escalona, « Vínculos comunitarios y estrategias de distinción (Castilla, siglos x-xii) », de J. M. Nieto Soria « Los prolegómenos eclesiásticos de las hermandades políticas » et de F. Novoa Portela « Acuerdos entre caballeros. Las hermandades de las órdenes militares en la Castilla medieval (siglos xii-xiv) », dans F. Foronda et A. I. Carrasco Manchado, El contrato político, p. 17-95). []
  21. En ce sens, voir F. Foronda, « El consejo de Jetró a Moisés (Ex 18, 13-27) o el relato fundacional de un gobierno compartido en la Castilla trastámara », en P. Boucheron y F. Ruiz Gómez, Modelos culturales y normas sociales al final de la Edad Media, Cuenca, 2009, p. 75-111 (publié en français sous le titre « Le conseil de Jéthro à Moïse. Le rebond d’un fragment de théologie politique dans la rhétorique parlementaire castillane », dans le numéro monographique de la revue Médiévales sur Les langages politiques coordonné par Aude Mairey (57, 2009, p. 75-92) ; id., « La monarchie élective dans la Castille du xve siècle. Retour sur la farce d’Ávila (5 juin 1465) », dans C. Péneau (dir.), Élections et pouvoirs politiques du viie au xviie siècle, París, 2009, p. 351-381 ; id., « Ahondando en la arqueología de la cultura confederativa en la Castilla del siglo xv: Matar la puerca o el supuesto origen romano del ritualismo pactual según el « segundo seguro » de Tordesillas », en F. Sabaté (ed.), Idees de pau a l’Edat Mitjana. XIII Curs d’Estiu Comtat d’Urgell, Lleida, 2010, p. 241-250 ; et l’article d’A. I. Carrasco Manchado dans ce volume, « Entre el rey y el reino calladamente está fecho un contrato. Fundamentos contractuales de la monarquía trastámara en Castilla en el siglo xv » []
  22. En ce sens, la surprise vient des participants anglais à ce colloque, avec une certaine réticence à employer la notion de contrat (voir plus particulièrement la synthèse introductive de John Watts dans ce volume). Á l’inverse, la contribution d’Armand Jamme montre la possibilité d’application de cette notion pour un domaine assez inattendu, celui de l’État pontifical. []
  23. Notamment celles d’Olivier Mathieu, de Jan Dumolyn et Jelle Haemers, d’Aude Mairey et d’Ana Isabel Carrasco Manchado. []
  24. Je pense ici plus particulièrement aux Capitulacions de Vilafranca (1461) et à la « révolution » catalane dans la Couronne d’Aragon, à la Sentencia de Medina del Campo en Castille (1465), à la guerre du Bien public en France (1465), au Grand Privilège de 1477 et à la révolte de Flandre, ou encore aux réflexions d’un sir John Fortescue dans l’Angleterre de la Guerre des Roses. Dans l’attente d’une prochaine rencontre visant à comparer ces textes « constitutionnels » et ces situations, je me permets de renvoyer à quelques titres seulement: pour la Catalogne, à la synthèse récente d’A. Ryder, The Wreck of Catalonia: Civil War in the Fifteenth Century, Oxford, 2007 ; pour la Castille, aux réflexions de B. González Alonso, « Las Comunidades de Castilla y la formación del Estado absoluto », rééd. dans son livre Sobre el Estado y la Administración de la Corona de Castilla en el Antiguo Régimen, Madrid, 1981, p. 7-56, aux pages de M. D.-C. Morales Muñiz, Alfonso de Avila, rey de Castilla, Avila, 1988, p. 63-86, et aux analyses d’A. I. Carrasco Manchado dans ce volume, lesquelles furent partiellement présentées et discutées dans le cadre de notre séminaire d’études doctorales à l’Université Complutense consacré à la Sentencia de Medina del Campo en 2008-2009 ; pour la France, aux articles de J. Krynen, « La rébellion du Bien public (1465) », dans M. T. Fögen (dir.), Ordnung und Aufruhr im Mittelalter (Ius commune, Sonderhefte, 70), 1995, p. 81-97 et « 1465 : Louis XI perd le pouvoir », dans M.-B. Bruguière (dir.), Prendre le pouvoir : force et légitimité, Toulouse (Études d’histoire du droit et des idées politiques, 6), 2002, p. 101-117 ; pour la Flandre, aux réflexions de Jan Dumolyn et Jelle Haemers dans ce volume ; et pour l’Angleterre enfin, en plus de l’analyse proposée dans ce volume par Aude Mairey, à l’article de jeunesse de J.-Ph. Genet, « Les idées sociales et politiques de Sir John Fortescue », dans Économies et Sociétés au Moyen Âge, Mélanges offerts à Édouard Perroy, Paris, 1972, p. 446-461. []
  25. A. Boureau, La religion de l’État. La construction de la République étatique dans le discours théologique de l’Occident médiéval (1250-1350), Paris, 2006. []
  26. Voir en ce sens le rôle des modèles antiques dans les portraits en tyran que dressent Alfonso de Palencia d’Henri IV de Castille et Thomas Basin de Louis XI (F. Foronda, « Le prince, le palais et la ville : Ségovie ou le visage du tyran dans la Castille du xve siècle », Revue Historique, 627, 2003, p. 521-542 ; B. Guenée, « Thomas Basin », dans son ouvrage Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge, Paris, 1987, p. 301-435 ; D. Bjaï et S. Menegaldo (éd.), Figures du tyran antique au Moyen Âge et à la Renaissance. Néron, Caligula et les autres, Paris, 2009). []
  27. Voir le très intéressant article de J. Watts, « Public or Plebs: the Changing Meaning of ‘the Commons’, 1381-1549 », dans H. Pryce et J. Watts (éd.), Power and Identity in the Middle Ages. Essays in Memory of Rees Davies, Oxford, 2007, p. 242-60 (repris et traduit en français sous le titre « ‘Les communes’ : le sens changeant d’un mot au cours du xve siècle », dans V. Challet, J.-Ph. Genet, H. R. Oliva et J. Valdeón (éd.), La société politique à la fin du xve siècle, p. 197-216 ; ainsi que la contribution de F. Sabaté dans le premier des deux volumes d’actes du séminaire de Madrid (« États et alliances dans la Catalogne du bas Moyen Âge », dans Du contrat d’alliance au contrat politique, en particulier p. 325-360). []
  28. Jean-Jacques Rousseau, Du Contrat social, p. 202. []